Le questionnaire de l'école du sabbat présenté en français est disponible afin de faciliter votre étude.

Texte à étudier : Eze. 16:8; Deut. 28:1, 15; Jer. 11:8; Gen. 6:5; Jean 10:27, 28; Gal. 3:26-29; Rom. 4:16, 17.

Verset à mémoriser :

« Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (1 Pierre 2:9).

Etude du Samedi Après-midi

Dans une petite ville, l’horloge de la vitrine du bijoutier s’est arrêtée un jour à neuf heures moins le quart. De nombreux citoyens dépendaient de cette horloge pour connaitre l’heure. Ce matin-là, des hommes et des femmes d’affaires ont jeté un coup d’œil à la fenêtre et ont remarqué qu’il n’était que huit heures quarante cinq minutes; les enfants qui se rendaient à l’école ont été surpris de constater qu’ils avaient encore tout le temps de flâner. De nombreuses personnes étaient en retard ce matin parce qu’une petite horloge de la vitrine du bijoutier s’était arrêtée. (adapté de C. L. Paddock, God’s Minutes, Nashville, TN: Southern Publishing Association, 1965, p. 244).

Quelle représentation précise de la faillite de l’ancien Israël! Le Seigneur a placé Israël « au milieu des nations » (Eze. 5:5), dans le pont stratégique entre trois continents (Afrique, Europe et Asie). Ils devaient être l’« horloge » spirituelle du monde.

Israël, cependant, tout comme l’horloge de la vitrine du bijoutier, s’est en quelque sorte arrêté. Pourtant, ce n’était pas une faillite totale; car alors, comme aujourd’hui, Dieu a Son reste fidèle. Notre étude de la semaine se concentre sur l’identité et le rôle du véritable Israël de Dieu à chaque époque, y compris la nôtre.

Aperçu de la semaine: quelles promesses d’alliance le Seigneur a-t-Il faites à Israël? Quelles étaient les conditions qui les accompagnaient? Dans quelle mesure la nation a-t-elle respecté ces promesses? Que s’est-il passé quand ils ont désobéi?

_* Étudiez cette leçon pour le sabbat 8 Mai._

Etude de Dimanche

« Entre tous les peuples… »

« Car tu es un peuple saint à l’Éternel, ton Dieu; l’Éternel, ton Dieu t’a choisi, afin que tu Lui sois un peuple précieux d’entre tous les peuples qui sont sur l’étendue de la terre » (Deut. 7:6).

Il n’y a aucun doute à ce sujet: le Seigneur avait spécifiquement choisi le peuple hébreu pour être Son précieux représentant sur la terre. Le mot traduit par « précieux » dans le verset ci-dessus, segulah, peut signifier « propriété de valeur » ou « trésor particulier ». Le point crucial à retenir également est que ce choix était totalement l’acte de Dieu, une expression de Sa grâce. Il n’y avait rien chez les personnes elles-mêmes qui leur faisait mériter cette grâce, car la grâce est une chose imméritée.

Lisez Ézéchiel 16:8. Comment cela explique-t-il le choix d’Israël par l’Éternel?

« Pourquoi Israël a-t-il été choisi par Yahweh? C’était impénétrable. C’était un petit groupe de personnes sans grande culture ni prestige. Ces gens ne possédaient pas de qualités personnelles particulières qui justifieraient un tel choix. L’élection était l’acte de Dieu seul… La cause ultime de ce choix résidait dans le mystère de l’amour divin. Pourtant, le fait est que Dieu a aimé Israël et l’a choisi, honorant ainsi la promesse qu’Il avait faite aux pères… Cette nation avait été choisie en vertu de l’amour de Yahweh pour elle. Elle avait été libérée de l’esclavage en Égypte par une démonstration de la puissance de Yahweh. Qu’elle saisisse une fois ces grands faits et elle réalisera qu’elle était en effet un peuple saint et particulièrement précieux. Toute tendance de sa part à abandonner un statut aussi noble était donc condamnable à l’extrême » – (traduit J. A. Thompson, Deuteronomy, London: Inter-Varsity Press, 1974, p. 130, p. 131).

Selon le plan divin, les Israélites devaient être à la fois une race royale et une race de prêtres. Dans un monde mauvais, ils devaient être des rois, moraux et spirituels, en ce sens qu’ils devaient l’emporter sur le royaume du péché (Apo. 20:6). En tant que prêtres, ils devaient s’approcher du Seigneur dans la prière, la louange et le sacrifice. En tant qu’intermédiaires entre Dieu et les païens, ils devaient servir d’instructeurs, de prédicateurs et de prophètes, et devaient être des exemples de vie sainte, les représentants de la vraie religion.

Regardez la phrase du verset d’aujourd’hui, dans laquelle le Seigneur dit qu’ils devaient être « précieux d’entre tous les peuples de la terre ». Considérant tout ce que la Parole a enseigné sur la vertu de l’humilité et le danger de l’orgueil, que pensez-vous que ce verset signifie? De quelle manière devaient-ils être « précieux d’entre » tous les peuples? Devrions- nous appliquer cette idée à nous aussi, en tant qu’église? Si oui, comment?

Etude de Lundi

Accord territorial

La promesse qu’un pays serait donné au peuple de Dieu, Israël, a d’abord été donnée à Abraham, puis répétée à Isaac et à Jacob. Les paroles de Joseph sur son lit de mort ont répété cette promesse (Gen. 50:24). Dieu a cependant informé Abraham, que « quatre cents ans » s’écouleraient avant que la postérité d’Abraham ne prenne possession de la terre (Gen. 15:13, 16). L’accomplissement de la promesse commença au temps de Moïse et de Josué. Moïse a répété le commandement divin: « Voyez, j’ai mis le pays devant vous; allez, et prenez possession du pays » (Deut. 1:8, LSG).

Lisez Deutéronome 28:1, 15. Qu’est-ce que ces paroles impliquent? En bref, le pays leur serait donné dans le cadre de l’alliance. Une alliance implique des obligations. Quelles sont les obligations d’Israël?

La première partie de Deutéronome 28 décrit les bénédictions qu’Israël recevrait s’il suivait la volonté de Dieu. L’autre partie du chapitre traite des malédictions qui leur seraient infligées s’ils ne le faisaient pas. Ces malédictions ont été « largement, mais pas totalement, provoquées par le fait de donner au péché la possibilité de les rendre capables de s’autodétruire… Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption » (Gal. 6:8). Comme l’eau qui, laissée à elle-même, ne cesse de couler jusqu’à ce qu’elle ait atteint son niveau; comme une horloge qui, laissée à elle-même, ne cesse de tourner jusqu’à ce qu’elle se soit complètement épuisée; comme un arbre, qui, laissé à lui-même, ne peut que produire le fruit qui lui convient; ainsi le péché a un niveau à atteindre, un tour à faire, un fruit à faire murir, et « la fin de ces choses est la mort » (Rom. 6:21). » (traduit de The Pulpit Commentary: Deuteronomy, H. D. M. Spence et Joseph S. Exell, eds., Peabody, MA: Hendrickson Publishers, 1890, vol. 3, p. 439).

Malgré toutes les promesses de terres, ces promesses n’étaient pas inconditionnelles. Elles faisaient partie d’une alliance. Israël devait remplir sa part du contrat; sinon, les promesses pouvaient être annulées. L’Éternel a clairement indiqué, plus d’une fois, que s’ils désobéissaient, le pays leur serait enlevé. Lisez Lévitique 26:27-33. Il est difficile d’imaginer comment l’Éternel aurait pu être plus explicite avec Ses paroles.

En tant que chrétiens, nous sommes impatients de recevoir et de garder les terres promises du ciel et la terre rendue nouvelle. Elles nous ont été promises, tout comme la terre promise terrestre l’a été aux Hébreux. La différence, cependant, est qu’une fois que nous y sommes arrivés, nous n’avons aucune chance de la perdre un jour (Dan. 7:18). En même temps, il y a des conditions pour que nous y arrivions. Comment comprenez-vous ces conditions, surtout dans le contexte du salut par la foi seule?

Etude de Mardi

Israël et l’alliance

« Mais ils n’ont pas écouté, ils n’ont pas prêté l’oreille, ils ont suivi chacun les penchants de leur mauvais cœur; alors J’ai accompli sur eux toutes les paroles de cette alliance, que Je leur avais donné d’observer et qu’ils n’ont point observée » (Jer. 11:8).

Analysez le texte ci-dessus. L’Éternel dit qu’il a accompli sur eux « toutes les paroles de cette alliance ». Pourtant, Il parle de quelque chose de mauvais! Bien que nous ayons tendance à penser que l’alliance ne nous offre que du bien, il y a le revers de la médaille. Ce principe a été vu avec Noé. Dieu a offert à Noé quelque chose de merveilleux, la préservation contre la destruction, mais Noé devait obéir afin de recevoir les bénédictions de la grâce de Dieu. S’il n’obéissait pas, l’autre côté de l’alliance suivait.

Comparez le texte ci-dessus avec Genèse 6:5, concernant le monde avant le déluge. Quel est le parallèle? Que disent ces versets sur l’importance pour nous de contrôler nos pensées?

Malheureusement, l’histoire de l’Israël national a été, pour l’essentiel, un modèle répété d’apostasie, suivi de jugements divins, de repentance et d’une période d’obéissance. Ce n’est que brièvement, sous David et Salomon, qu’ils ont contrôlé toute l’étendue du territoire promis.

Lisez ces textes de Jérémie concernant l’apostasie d’Israël. « Il dit: si un homme répudie sa femme, qu’elle le quitte et devient la femme d’un autre, cet homme retourne-t-il encore vers elle? Le pays même ne serait-il pas souillé? Et toi, tu t’es prostituée à de nombreux amants, et tu reviendrais à Moi! Dit l’Éternel… Mais comme une femme est infidèle à son amant, ainsi vous avez été infidèles, maison d’Israël, dit l’Éternel. » (Jer. 3:1, 20).

Cela nous ramène à un point déjà évoqué: l’alliance que Dieu veut avec nous n’est pas simplement un accord juridique froid conclu entre des hommes d’affaires qui cherchent à conclure le meilleur marché possible pour eux-mêmes. La relation d’alliance est un engagement, aussi sérieux et sacré que le mariage, c’est pourquoi l’Éternel utilise cette imagerie.

Le fait est que l’apostasie d’Israël ne trouve pas sa racine dans la désobéissance, mais dans une relation personnelle brisée avec l’Éternel, une rupture qui a abouti à la désobéissance, et qui a finalement entrainé un châtiment sur eux.

Pourquoi l’aspect personnel et relationnel est-il si crucial dans la vie chrétienne? Pourquoi, si notre relation avec Dieu n’est pas correcte, sommes-nous si enclins à tomber dans le péché et la désobéissance? Et que diriez-vous à quelqu’un qui vous poserait cette question: « comment puis-je développer une relation profonde d’amour avec Dieu? »

Etude de Mercredi

Le reste

Malgré le cycle répété d’apostasie, de jugements divins et de repentance d’Israël, quelle espérance trouve-t-on dans ces textes?

Esa. 4:3

Mic. 4:6, 7

Bien que le plan de Dieu pour l’ancien Israël ait été gâché par la désobéissance, il n’a jamais été complètement entravé. Du milieu des mauvaises herbes poussaient encore quelques fleurs prometteuses. Beaucoup de prophètes de l’Ancien Testament parlent de ce reste fidèle, que Dieu rassemblait à Lui-même comme un bouquet.

Le dessein de Dieu en créant et en préservant un reste fidèle était le même que celui de tout Israël, les utiliser comme Ses instruments divinement désignés pour publier « Sa gloire parmi les nations » (Esa. 66:19, LSG). Par ce moyen, d’autres se joindraient aux fidèles pour « adorer le roi, l’Éternel des armées » (Zach. 14:16, LSG). Ainsi, quelle que soit la gravité de la situation, malgré l’apostasie dans les rangs du peuple élu de Dieu, Dieu a toujours quelques fidèles qui ont assuré leur propre vocation et leur élection (2 Pie. 1:10). En bref, quelles que soient les défaillances de la nation dans son ensemble, il y avait toujours ceux qui essayaient de respecter, du mieux qu’ils pouvaient, leur part de l’alliance (voir, par exemple 1 Rois 19:14-18). Et même s’ils souffrent avec leur nation dans son ensemble (comme l’exil du pays), la promesse finale et ultime de l’alliance sera la leur, celle de la vie éternelle.

Lisez Jean 10:27, 28. Que dit Jésus ici? Appliquez Ses paroles, et les promesses qu’elles contiennent, à la situation de l’apostasie dans l’ancien Israël. Comment ces paroles aident-elles à expliquer l’existence d’un reste fidèle?

Il y a quelques années, une jeune femme a entièrement renoncé à sa foi chrétienne, principalement parce qu’elle était découragée par le péché, l’apostasie et l’hypocrisie qu’elle voyait dans son église locale. « Ces gens n’étaient pas vraiment chrétiens », dit-elle, utilisant cette excuse pour tout abandonner. En se basant sur les principes de l’étude d’aujourd’hui, pourquoi son excuse est-elle si banale?

Etude de Jeudi

Israël spirituel

Quelles que soient les erreurs et les échecs de l’ancien Israël, le Seigneur n’en a pas fini avec le projet de créer un peuple fidèle pour Le servir. En fait, l’Ancien Testament attendait avec impatience le moment où le Seigneur créerait un Israël spirituel, un corps fidèle de croyants, juifs et païens, qui poursuivraient le travail de prédication de l’évangile au monde. Bienvenue dans l’église primitive.

Lisez Galates 3:26-29.

1. De quelle promesse Paul parle-t-il au verset 29?

2. Quel est l’élément clé qui fait d’une personne un héritier de ces promesses? (Gal. 3:26).

3. Pourquoi Paul abolit-il les distinctions de sexe, de nationalité et de statut social?

4. Que signifie être « un en Christ »?

5. Lisez Romains 4:16, 17. Comment ces versets nous aident-ils à comprendre ce que Paul dit dans Galates

En tant que fils d’Abraham, Christ est devenu, dans un sens particulier, l’héritier des promesses de l’alliance. Par le baptême, nous acquérons la parenté avec Christ et, par Lui, le droit de participer aux promesses faites à Abraham. Ainsi, tout ce que Dieu a promis à Abraham se trouve en Christ, et les promesses deviennent nôtres, non pas à cause de la nationalité, de la race ou du sexe, mais par la grâce que Dieu nous accorde par la foi.

« Mais cette donation promise au patriarche et à ses descendants ne comprend pas seulement la possession de la Palestine, mais celle du monde entier. L’apôtre écrit que ‘‘la promesse d’avoir le monde pour héritage fut faite à Abraham et à sa postérité, non pas en vertu de la loi, mais en vertu de la justice de la foi. Romains 4:13. La Bible enseigne clairement que les promesses faites à Abraham doivent s’accomplir par Jésus-Christ… [Les croyants deviennent] bénéficiaires d’un héritage qui ne peut être ni corrompu, ni souillé, ni flétri’’ 1 Pie. 1:4., à savoir, notre terre délivrée de la malédiction du péché. » Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 61. Cette promesse s’accomplira littéralement lorsque les saints vivront sur la nouvelle terre pour toujours et à jamais avec Christ (Dan. 7:27).

Etude de Vendredi

Réflexion avancée

Lisez Ellen G. White, « Le vignoble du Seigneur », pp. 6-16; « Espoir pour les païens », pp. 507-523; et « La maison d’Israël », pp. 969-995, dans prophètes et Rois.

« Dieu ne fait aucune distinction de classe, de race ou de nationalité. Il est le Créateur de tous les hommes. Tous font partie d’une même famille par la création et par la rédemption. Le Christ est venu abolir tout mur de séparation, ouvrir à chacun les parvis du temple, afin que les âmes trouvent un libre accès auprès de Dieu. Son amour est si grand, si profond, si complet qu’il pénètre en tout lieu. Il arrache à l’influence de Satan tous ceux qui ont été trompés par ses mensonges, et il les attire près du trône de Dieu — de ce trône auréolé par l’arc-en-ciel de la promesse. En Christ ‘‘il n’y a plus ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni libre’’ » – Ellen G. White, Prophètes et rois, p. 511.

Lisez 1 Pierre 2:9, 10 pour découvrir les quatre titres que Pierre applique à l’église. La plupart de ces titres se retrouvent dans les textes suivants de l’Ancien Testament qui font référence à Israël: Exode 19:6 et Ésaïe 43:20. Qu’est-ce que chacun de ces titres met en évidence concernant la relation de l’église avec Dieu? (Par exemple, le titre « race élue » souligne le fait que Dieu a choisi l’église et a un destin spécifique pour elle.)

Discussion:

1. Dans l’ancien Israël, les prêtres faisaient des sacrifices d’animaux qui désignaient le Messie. En tant que membres d’un sacerdoce royal, quels types de « sacrifices » les membres de l’église doivent-ils faire? (1 Pie. 2:5).

2. Dieu a séparé Israël du monde pour qu’il puisse être une nation sainte. Ils devaient aussi partager les vérités du salut avec le monde. Il en va de même pour l’église aujourd’hui. Comment est-il possible d’être séparé du monde tout en étant en mesure de partager l’évangile avec le monde? Comment l’expérience d’Israël et l’exemple de Jésus nous aident-ils à répondre à cette question?

3. Dieu a toujours maintenu un reste avec l’ancien Israël. Considérez Élie et le reste qui existait à son temps (1 Rois 19; notez surtout le verset 18). Pourquoi est-il souvent plus facile d’être fidèle à Dieu au milieu des gens du monde qu’au milieu des membres infidèles de sa propre famille ecclésiale?

Résumé:

Le véritable Israël de Dieu (que ce soit avant ou après la croix) est l’Israël de la foi, des personnes qui vivent dans une relation spirituelle d’alliance avec Lui. Ces personnes sont Ses représentants, et elles présentent au monde l’évangile de Sa grâce salvatrice.

Haut de page