Le questionnaire de l'école du sabbat présenté en français est disponible afin de faciliter votre étude.

Texte à étudier : Genèse 6:5-14, Hébreux 11:8-13, 2 Corinthiens 4:18, Genèse 13:10-12, Genèse 32:22-31, Hébreux 11:24-29

Verset à mémoriser : « Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme? Que donnerait un homme en échange de son âme? » (Marc 8:36, 37, LSG).

Etude du Samedi Après-midi

Jésus nous a donné la meilleure stratégie d’investissement au monde lorsqu’Il dit: « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent » (Matthieu 6:19, 20, LSG). Jésus conclut Sa stratégie d’investissement en disant: « car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Matthieu 6:21, LSG). En d’autres termes: montrez-moi comment vous dépensez votre argent, et je vous montrerai là où se trouve votre cœur, parce que partout où vous investissez votre argent, votre cœur s’y trouvera surement.

Voulez-vous un cœur consacré au royaume de Dieu? Si c’est le cas, placez votre argent là où il récoltera des récompenses éternelles. Mettez votre temps, votre argent et votre prière dans l’œuvre de Dieu. Si vous le faites, vous deviendrez bientôt encore plus intéressé par ce travail, et votre cœur suivra aussi.

Cette semaine, nous passerons en revue des textes et des illustrations qui nous montrent comment amasser des trésors dans le ciel et, finalement, recevoir une récompense éternelle.

* Étudiez cette leçon pour le sabbat 11 février.

Etude de Dimanche

Noé trouva grâce

Il est intéressant de noter que ceux qui recherchent un trésor céleste sont souvent appelés par Dieu à faire des changements majeurs dans leur vie ici sur terre. Soyez prêt à faire face à la même chose, si nécessaire.

Lisez Genèse 6:5-14. Quels changements radicaux Noé avait-il connus à la suite de l’obéissance à Dieu? Quels principes pouvons-nous trouver ici pour nous-mêmes dans un monde qui a besoin d’être averti de la catastrophe imminente?

Noé aurait pu consacrer son temps et ses ressources à construire une maison pour lui-même, mais il avait choisi de faire un changement radical dans sa vie et de passer 120 ans de cette vie à suivre l’appel de Dieu à construire l’arche.

De nombreux sceptiques rejettent aujourd’hui l’histoire du déluge comme un mythe, souvent en se basant sur des spéculations scientifiques sur les lois connues de la nature. Cela n’est pas nouveau. « Ses contemporains assuraient que les lois de la nature étaient immuables: témoin du retour invariable des saisons et le fait que les fleuves avaient toujours porté leurs eaux à la mer. D’ailleurs, la terre étant fertilisée par la brume ou la rosée, on n’avait jamais vu de pluie. Ces logiciens n’oubliaient qu’une chose: cette régularité était due à celui qui avait dit à la mer: “Tu viendras jusqu’ici, et tu n’iras pas plus loin.” » Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 68.

Avant le déluge, sur la base d’une mauvaise compréhension de la réalité, les gens soutenaient qu’un déluge ne pouvait jamais survenir; après le déluge, toujours sur la base d’une mauvaise compréhension de la réalité, ils soutiennent qu’elle n’a jamais eu lieu. Comme le dit la Bible: « il n’y a rien de nouveau sous le soleil » (Eccl. 1:9, LSG).

Pendant ce temps, la Bible dit aussi que les gens seront sceptiques à l’égard des évènements de la fin des temps, comme ils l’étaient du déluge (voir 2 Pierre 3:3-7). Comment pouvons-nous donc nous préparer à la destruction à venir? Il y a une décision consciente appelée « gratification différée ». Cela signifie essentiellement que nous devons patiemment faire l’œuvre que Dieu nous a appelés à faire dans l’espoir d’une récompense future plus glorieuse. Nous ne savons pas l’heure où Christ reviendra. En un sens, cela n’a pas d’importance. Ce qui compte au contraire, c’est que, tout comme Noé, nous fassions ce que Dieu nous demande, même si, comme avec Noé, cela implique des changements radicaux dans la vie.

Dans quelle mesure seriez-vous prêt à effectuer un changement majeur dans votre vie pour Dieu si, comme Noé, vous étiez appelé à faire exactement cela? (Indice: Voir Luc 16:10.)

Etude de Lundi

Abram, le père des fidèles

Dieu avait appelé Abram à quitter sa patrie et ses proches et à aller dans un pays qu’Il lui montrerait. Ainsi commença la lignée du Messie. Bien que les détails ne soient pas donnés, Abram avait dû quitter le pays de sa naissance et de ses premières années. Certes, ce n’était pas une décision facile, et sans aucun doute il avait renoncé à un plaisir terrestre et à des commodités pour le faire.

Lisez Genèse 12:1-3. Comment « toutes les familles de la terre » étaient-elles bénies à la suite de cette promesse et de son acceptation?

Ce fut un évènement majeur qui changea la vie d’Abram et de sa famille. « C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait » (Heb. 11:8, LSG). « L’obéissance totale et empressée d’Abram est l’un des plus beaux exemples de la vraie foi qui soient renfermés dans la Bible. » Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 98.

La plupart d’entre nous ne seraient pas excités de quitter notre patrie et nos amis et les membres de notre famille. Mais Abram l’avait fait. Abram était satisfait d’être là où Dieu voulait qu’il soit. Aussi étrange que cela puisse paraitre, Abram, Isaac et Jacob n’avaient jamais reçu cette terre de leur vivant, mais ils étaient restés fidèles à Dieu de toute façon.

Lisez Hébreux 11:8-13. Quel message pertinent nous est-il adressé dans ce passage?

Abram était connu comme un prince par ceux qui vivaient autour de lui. Il était connu comme étant généreux, courageux, hospitalier et serviteur du Dieu Très-Haut. Son témoignage pour Dieu était exemplaire. Par la grâce de Dieu, nous sommes héritiers d’Abraham. « Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice, reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham » (Gal. 3:6, 7, LSG). « Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse » (Gal. 3:29, LSG).

Dans l’histoire d’Abraham, tout comme dans celle de Noé, nous voyons une prise de décision majeure qui change la vie en obéissant à Dieu.

Lisez 2 Corinthiens 4:18. Comment le message de ce verset devrait-il avoir un impact sur le genre de décisions spirituelles que nous prenons? Comment Moïse et Abraham avaient-ils suivi ce même principe?

Etude de Mardi

Les mauvaises décisions de Lot

Quand Abram quitta sa patrie en réponse à l’appel de Dieu, son neveu Lot choisit de l’accompagner dans son pèlerinage. Genèse 13 rapporte que Dieu avait béni Abram au point qu’il « était très riche en troupeaux [la principale mesure de richesse dans cette culture], en argent et en or » (Genèse 13:2). Lot avait aussi « des brebis, des bœufs et des tentes » (Genèse 13:5). Ils sont tous deux devenus si riches avec leurs vastes troupeaux de bétail qu’ils ne pouvaient pas habiter l’un près de l’autre. Pour éviter des conflits entre leurs bergers, Abram donna à Lot le choix de l’endroit où il aimerait vivre. Bien sûr, Lot aurait dû s’en remettre à Abram, son ainé, et parce qu’il devait sa propre prospérité à sa relation avec lui. Cependant, il ne fit preuve d’aucune gratitude envers son bienfaiteur et voulut égoïstement ce qu’il considérait comme la meilleure terre disponible.

Lisez Genèse 13:10-12. Quels sont les facteurs rationnels qui auraient amené Lot à prendre la décision qu’il avait prise?

Même si Lot pouvait facilement justifier sa décision de déménager en ville, les choses ne s’étaient pas si bien passées pour lui là-bas, et quand Abram entendit parler de ce qui lui était arrivé, il n’a pas dit: « Eh bien, tant pis, Lot. Tu récolte ce que tu as semé. » Au lieu de cela, il alla à son secours (voir Genèse 14).

Parfois, dans notre quête de plus de choses, nous n’apprenons pas bien nos leçons. Lot retourna à Sodome! Mais dans Sa grande miséricorde, Dieu envoya des messages d’avertissement à Lot et à sa famille, les informant de la destruction imminente de ces villes.

Lisez Genèse 18:20-33. Que dit Dieu à Abraham comme étant la raison de Sa visite sur terre? Quelle fut la réponse d’Abraham à la nouvelle que Dieu avait l’intention de détruire ces villes méchantes?

En raison de la préoccupation d’Abraham pour Lot et sa famille, il négocia avec Dieu pour épargner les villes si on y pouvait trouver des personnes justes. Il avait commencé avec 50 et descendit jusqu’à 10. En harmonie avec Son caractère d’amour, Dieu continuait toujours d’accorder la miséricorde jusqu’à ce qu’Abraham ne cesse de demander! Dieu et les deux anges avaient personnellement délivré Lot, sa femme et ses deux filles. Mais sa femme regarda en arrière et devint une statue de sel. Lot était entré à Sodome en tant qu’un homme riche et en était sorti avec presque rien. Comme nous devons faire attention au type de décisions que nous prenons, en particulier en ne pensant qu’aux gains à court terme par opposition à la vue d’ensemble! (voir Marc 8:36, 37).

Etude de Mercredi

Du trompeur au prince

En tant que jeune homme qui aimait et craignait Dieu, Jacob avait néanmoins conspiré avec sa mère, Rebecca, pour tromper son père et obtenir sa bénédiction. Par conséquent, il commença mal sa vie d’adulte. Devant cette situation, il n’eut que deux choix: fuir ou faire face à une mort prématurée. Rebecca dit à Jacob: « Lève-toi, fuis chez Laban..., et reste auprès de lui quelque temps, jusqu’à ce que la fureur de ton frère s’apaise... Alors je te ferai revenir » (Genèse 27:43-45). Jacob partit et fit 20 ans, et il ne revit jamais le visage de sa mère.

Lisez Genèse 32:22-31. Qu’était-il arrivé à Jacob, et quelles leçons spirituelles pouvons-nous tirer de cette histoire sur la grâce de Dieu, même lorsque nous prenons de mauvaises décisions?

« Par l’humiliation et l’abandon de soi-même, ce mortel, faillible et chancelant, prévalut sur la Majesté du ciel. De sa main tremblante, il avait saisi les promesses de Dieu, et le cœur de celui qui est l’amour infini n’avait pu repousser l’appel du suppliant. Jacob voit maintenant se dévoiler tout entière devant lui la gravité de la ruse qui lui a fait obtenir le droit d’ainesse. Faute d’avoir eu confiance en Dieu, il avait voulu accomplir, par ses propres moyens, une promesse que Dieu se réservait de réaliser en son temps et à sa manière... Jacob reçoit alors la bénédiction après laquelle il a tant soupiré. Le péché qui avait fait de lui un “supplanteur”, est pardonné. » Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 166, 167.

Lisez Genèse 49:29-33. Bien que Jacob n’ait plus de possessions à Canaan, quelles instructions avait-il données à ses fils concernant son enterrement? Quelles sont les personnes également enterrées dans cette grotte? Selon vous, pourquoi Jacob avait-il fait cette demande?

La Bible nous informe que les trois patriarches et leurs épouses étaient enterrés dans la même grotte. La confiance de Jacob en Dieu était forte, et il se considérait comme un étranger et un pèlerin sur la terre (voir Heb. 11:13). Malgré ses erreurs, il avait quitté la maison sans rien mais était revenu à Canaan en tant qu’un homme riche.

Malgré nos erreurs, Dieu peut encore nous bénir. Combien mieux vaut, cependant, le fait de plutôt les éviter! À quels choix êtes-vous confrontés en ce moment et comment pouvez-vous éviter de faire de mauvais choix?

Etude de Jeudi

Moïse en Égypte

Le personnage de Moïse domine les premières années de l’histoire sacrée. Il avait été maintenu en vie dans la providence de Dieu, qui avait utilisé une mère créative et une sœur attentionnée. Lorsque la fille de Pharaon a trouvé le bébé Moïse dans la caisse de jonc, elle employa sa mère hébraïque de s’occuper de lui. Quel défi béni pour une jeune mère exilée et esclave! Jokébed n’avait eu que 12 années pour apprendre à son enfant à prier, à avoir foi, à honorer Dieu, et à façonner son caractère pour une vie de service. Pendant des années, Moïse avait été formé dans les cours royales d’Égypte. « Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en œuvres » (Actes 7:22, LSG). Au fur et à mesure que Moïse murissait en tant qu’homme, il prit une décision consciente qui changea sa vie et le cours de l’histoire.

Lisez Hébreux 11:24-29. Pensez à ce que Moïse avait laissé derrière lui et à ce à quoi il avait dû faire face. Essayez de l’imaginer de sa position, avant qu’il ne fasse le choix. Que quittait-il et que choisissait-il d’accepter en partant?

L’Égypte était l’une des plus grandes puissances du monde antique à l’époque, sinon la plus grande. Le Nil favorisait une terre si fertile que l’Égypte, pleine de cultures, était une nation riche et puissante, et Moïse lui-même aurait été au sommet de ce royaume. Il est difficile d’imaginer à quel point l’attrait du monde, du monde de l’Égypte et de tous ses trésors, avait dû être tentant pour lui dans ses premières années. Certes, il avait dû trouver le pouvoir, les plaisirs et les richesses, tentants. Sans aucun doute, il aurait probablement très facilement pu justifier le fait de rester plutôt que d’être du côté des esclaves méprisés.

Et pourtant, que s’était-il passé? Comme le dit l’Écriture, il choisit « être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché » (Heb. 11:25, LSG). Être maltraité? Une grande partie du livre d’Exode traite des luttes et des épreuves de Moïse, qui, même après tout ce qu’il avait traversé, n’avait même pas pu entrer dans la terre promise (voir Nom. 20:12). Pourtant, en fin de compte, nous savons tous que Moïse avait fait le bon choix, même si parfois il avait dû se demander si c’était vraiment le bon choix.

D’un point de vue mondain, Moïse aurait dû rester en Égypte. Cependant, en tant que chrétiens, nous avons reçu une vision de la réalité qui nous emmène bien au-delà de ce monde. Lorsque nous sommes tentés par le monde, comment pouvons-nous toujours voir au-delà de nous-mêmes? Pourquoi est-il si important que nous le fassions?

Etude de Vendredi

Réflexion avancée

Dieu avait honoré Sa part de l’alliance en bénissant Abraham. Et Abraham avait honoré Dieu en n’amassant pas de trésors sur cette terre. « La récompense que Dieu a promise à son peuple n’est pas dans ce monde. Abraham ne posséda ici-bas aucune propriété, “pas même un pouce de terre ”. Très riche, cependant, il employait ses biens à la gloire de Dieu et au bienêtre de ses semblables. Mais il ne considérait pas cette terre comme sa patrie. Dieu l’avait appelé à quitter ses compatriotes idolâtres en lui promettant la terre de Canaan comme possession éternelle. Néanmoins, ni lui, ni son fils, ni le fils de son fils ne virent la réalisation de cette promesse. Quand il voulut inhumer sa femme, il dut acheter une sépulture aux Cananéens. Son seul bienfonds dans le pays promis fut cette tombe dans la caverne de Macpéla. » Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 140. Au fur et à mesure que nous vivons, nous sommes parfois tentés d’aller vers la richesse et les loisirs. Il faut une foi forte pour pratiquer la gratification différée. « Le trône et le somptueux palais des Pharaons lui étaient offerts. Mais il connaissait les péchés et l’impiété qui régnaient dans ce milieu séducteur. Par-delà les magnifiques résidences, par-delà la couronne d’un empire, il entrevoyait la gloire incomparable qui sera le partage des saints du Très-Haut dans un règne de pureté et d’innocence. Il voyait le diadème impérissable que le Roi du ciel placera sur le front des vainqueurs. Et, le cœur enflammé de cette foi, il se détourna des grands de la terre pour se joindre à un peuple pauvre, humble et méprisé qui voulait obéir à Dieu et non le renier. » Patriarches et prophètes, p. 212.

Discussion:

1. Qu’arrivera-t-il à nos biens lorsque Jésus reviendra? (Voir 2 Pierre 3:10.) En fait, que peut-il leur arriver avant même la venue de Jésus? (Voir Matthieu 6:20.) Pourquoi, alors, est-il toujours important de garder les choses dans leur bonne perspective?

2. Jésus met en garde contre la « séduction des richesses » (Marc 4:19). De quoi parle-t-Il? Comment les richesses peuvent-elles nous tromper?

3. En classe, parlez de la façon dont Moïse aurait pu justifier le fait de rester en Égypte au lieu de tout laisser derrière lui pour fuir avec une bande d’esclaves dans un désert stérile. Quelle était la raison qui avait finalement dû l’amener à décider ainsi?

Haut de page