Pôle chrétien

Leçon de l'Ecole du Sabbat


Samedi: SABBAT APRÈS-MIDI

Leçon 5

Des exilés missionnaires

Étude de la semaine : Dn 1-12; Es 39.5-7; Dn 2.44; Mt 24.14; Gn 41

Versets à mémoriser: « On lui donna la domination, l’honneur et la royauté; tous les peuples, les nations et les langues se mirent à le servir. Sa domination durera toujours, elle ne passera pas, et son royaume ne sera jamais détruit. » (Daniel 7.14.) "

En tant que peuple prophétique, les Adventistes du Septième Jour croient au proche retour de Jésus. Son retour mettra un terme à ce monde tel que nous le connaissons et précipitera le royaume éternel de Dieu, décrit ainsi dans le livre de Daniel : « La royauté, la domination et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous le ciel seront données au peuple des saints du Très-Haut. Son règne durera toujours, et tous les dominateurs le serviront et l’écouteront. » (Dn 7.27.) Ce royaume constitue le point culminant de notre foi. C’est ce que le livre d’Hébreux (He 11.16) appelle « une patrie meilleure » (Colombe), celle en qui le peuple de Dieu à travers les âges croit, celle dont « Dieu est l’architecte et le constructeur » (He 11.10).

Mais le livre de Daniel est également une sorte de manuel pour l’activité missionnaire. Nous pouvons en tirer des leçons sur la manière dont le Seigneur s’est servi de certaines personnes pour témoigner à ceux qui étaient immergés dans l’ignorance spirituelle et théologique. Par leur loyauté, leur diligence, et leur foi inébranlable, ces croyants ont révélé la réalité du Dieu vivant à ceux qui ne connaissaient que des faux dieux, et ils ont également donné à ces païens une chance d’avoir une place dans ce royaume éternel.

Dimanche: L’exil

Lisez Esaïe 39.5-7 et Daniel 1.1, 2. Quel est le lien entre ces versets?

Daniel, dont le nom signifie « Dieu est mon juge, » a été forcé à l’exil, d’une Jérusalem vaincue jusqu’à la capitale babylonienne. Le livre de Daniel donne un aperçu de sa vie à la cour de Babylone et de Perse. Après trois ans de « formation » à Babylone, Daniel a été employé comme fonctionnaire et conseiller royal. Par la puissance de Dieu, il s’est élevé au-dessus du statut habituel des captifs pour devenir un missionnaire haut place auprès de deux superpuissances.

Le livre de Daniel est davantage qu’un trésor de littérature prophétique. Le lecteur y découvre quelques-uns des défis rencontrés par les Hébreux dans une culture étrangère qui apparemment ne soutenait aucunement leur loyauté envers le Dieu d’Israël et qui, parfois, était ouvertement hostile. Il dépeint également un magnifique tableau d’hommes qui ont appris à vivre leur engagement envers la vérité en l’absence de temple, de sacrificateurs, et de sacrifices.

Lisez Daniel 1.8-13; 5.12 ; 6.4 ; 9.3-19.

Que nous disent ces textes sur le caractère de Daniel, et sur ce qui a fait de lui le grand missionnaire qu’il était?

« Toute institution fondée par les Adventistes du Septième Jour est appelée à jouer dans le monde le rôle de Joseph en Egypte, de Daniel et de ses compagnons à Babylone. La Providence permit que ces hommes aillent en captivité afin d’apporter à des nations païennes les bénédictions qui découlent de la connaissance du Dieu dont ils étaient les représentants. Ils ne devaient pas se compromettre avec les idolâtres et, en qualité d’adorateurs de Jéhovah, ils étaient tenus d’honorer et leur foi et leur titre. »

Pensez comme cela aurait été facile pour Daniel de se compromettre, en particulier dans sa situation, Que nous enseigne son exemple sur la pauvreté des excuses que nous invoquons pour faire des compromis?

Lundi: Témoins (Daniel 2-5)

Dans Daniel 2, Daniel a l’occasion, par nécessité, de témoigner de la puissance du vrai Dieu, contrairement aux faux dieux de Babylone. Après avoir chanté un hymne de louange avec ses compatriotes juifs et avoir remercié Dieu d’avoir répondu à leurs prières (Dn 2.20-23), il a interprété le rêve du roi et a rendu témoignage à la grandeur et à la souveraineté de Dieu sur tous les royaumes terrestres.

Que dit le roi qui montre qu’il a appris quelque chose sur le vrai Dieu? Voir Dn 2.47.

Dans Daniel 2, Daniel n’a pas le choix : soit il donne au roi ce qu’il veut, soit il risque la mort. A contrario, dans le chapitre 3, ses trois amis auraient pu s’épargner la fournaise ardente s’ils avaient simplement obéi à l’ordre du roi. Au lieu de cela, grâce à leur témoignage fidèle, ils ont pu témoigner de la puissance du vrai Dieu.

« Comment Nébucadnetsar savait-il que la quatrième silhouette était comme le Fils de Dieu? Il avait entendu les captifs Hébreux qui étaient dans son royaume parler du Fils de Dieu. Ils avaient amené avec eux la connaissance du Dieu vivant qui règne sur toutes choses. »

Dans Daniel 4, quelle confession le roi fait-il de nouveau concernant le vrai Dieu, tout cela grâce au témoignage de Daniel ? Voir Dn 4.37.

Dans Daniel 5, Daniel apparait pour la dernière fois à la cour de Babylone, où il est appelé pour expliquer l’écriture extraordinaire sur le mur du palais de Belshatsar, et qui prédit que l’Empire babylonien va tomber entre les mains des Mèdes et des Perses. Sans doute, Belshatsar avait été impressionné par ce que Daniel avait fait, mais il était trop tard : le destin du roi était scellé. Ce qui est triste, c’est que d’après la Bible (voir Dn 5.17-23), Belshatsar avait eu l’occasion d’apprendre la vérité et de se laisser humilier par cette vérité. Comme nous le savons, il n’a pas profité de ces occasions.

Comme il est important que nous examinions nos vies pour nous poser la question: quel genre de témoignage ma vie représente-t-elle pour le monde? Que dit votre réponse?

Mardi: Daniel en Perse

« En s’approchant de la fosse, il appela Daniel d’une voix triste. Le roi demanda à Daniel: Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu, que tu sers avec persévérance, a-t-il pu te délivrer des lions ? » (Dn 6.21.)

Le roi a appelé Daniel « serviteur du Dieu vivant ». Qu’impliquent ces paroles?

Dans Daniel 6, avec le changement d’empire et de roi, Daniel garde son statut et a même une promotion, en devenant l’un des trois ministres ayant cent vingt satrapes sous leurs ordres. Le roi Darius envisageait même de le nommer vizir de tout son royaume, ce qui suscitait l’hostilité des autres ministres et satrapes. Ils poussèrent le roi à rédiger un décret valable dans tout l’empire mais qui, en réalité, était destiné uniquement à Daniel. Il fut jeté dans la fosse aux lions, mais Dieu intervint de manière grandiose dans une situation que même le roi ne pouvait annuler. La délivrance de Daniel plut tellement au roi qu’il rédigea un décret royal exaltant le Dieu de Daniel.

Après cela, le roi Darius écrivit aux gens de tous peuples, nations et langues qui habitaient sur toute la Terre : « Que votre paix soit grande ! Je donne l’ordre que, dans toute l’étendue de mon royaume, on ait de la crainte et du respect devant le Dieu de Daniel. Car il est le Dieu vivant et il subsiste toujours ! Son royaume ne sera jamais détruit, et sa domination durera jusqu’à la fin. C’est lui qui délivre et qui sauve, qui produit des signes et des prodiges dans le ciel et sur la Terre. C’est lui qui a délivré Daniel de la griffe des lions. » (Dn 6.26-28.)

Lisez Daniel 6. Qu’est-ce qui, dans le chapitre, indique que Daniel avait déjà été un grand témoin pour le roi?

De même, qu’est-ce qui, dans le décret du roi, indique qu’il en savait davantage sur le Dieu de Daniel que ce qu’il aurait pu apprendre uniquement à partir du sauvetage spectaculaire? Qu’est-ce que cela nous dit sur le témoignage de Daniel?

Mercredi: Daniel et le royaume éternel de Dieu

Daniel n’était pas simplement interprète des rêves des autres, aussi important que cela était dans ce contexte. Dans Daniel 7-12, il a eu ses propres visions, qui révélaient l’avenir des grandes puissances de ce monde. Les visions de Daniel soulignaient en particulier que, malgré les souverains terrestres, leurs plans et leurs machinations, Dieu garde le contrôle final sur les nations. À la fin, lui et son royaume final triompheront, et ce triomphe sera total (voir Dn 2.44).

Lisez Daniel 7.13, 14. Qu’est-ce qui est décrit dans ces textes, et quel est le lien avec l’idée des chrétiens apportant l’évangile au monde?

Même si ces versets parlent aussi d’autre chose, la question centrale est l’établissement du royaume éternel de Dieu, qui ne survient pas avant le retour de Jésus. Quel facteur Jésus lui-même a-t-il déclaré comme important concernant son retour?

« Cette bonne nouvelle du Règne sera proclamée par toute la Terre habitée; ce sera un témoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin. C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination dévastatrice, qui a été annoncée par l’entremise du prophète Daniel, installée dans un lieu sacré - que le lecteur comprenne - alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes. » Mt 24.14-16.)

Les prophéties de Jésus sur la fin du monde dans Matthieu 24 sont liées aux prophéties de Daniel. Daniel a prédit « l’horreur dévastatrice » (Dn 11.31; 12.11), et Jésus l’a expliquée et appliquée à sa propre époque et au-delà. L’idée, c’est que Jésus a associé étroitement le livre de Daniel aux temps de la fin, ce qui, bien entendu, n’est pas surprenant, car Daniel à de nombreuses reprises évoque en effet les temps de la fin (Dn 8.17, 19; 11.35; 12.4, 13). Et, d’après Jésus, la fin ne vient pas avant que cette bonne nouvelle du Règne [ne soit] proclamée par toute la Terre habitées (Mt 24.14).

L’évangile doit être prêché à « toutes les nations », et ce n’est qu’à ce moment-là que Jésus reviendra. Nous sommes ceux qui ont été appelés à le prêcher. Certains disent ainsi que Jésus ne peut pas revenir avant que nous n’ayons terminé notre œuvre. Comment comprendre notre rôle dans le déroulement chronologique du retour de Jésus ? Venez avec votre réponse ce sabbat.

Jeudi: D’autres exilés missionnaires

Daniel était un Israelite exilé involontaire, comme Joseph et Moïse en Egypte, Néhémie à Babylone, et Esther en Perse. Leurs vies révèlent qu’il est possible de vivre en étant fidèle à Dieu dans un environnement spirituellement et culturellement défavorable. Avec les conseils de Dieu, ils ont même pu atteindre des positions administratives élevées dans ces contextes étrangers. Chacun a vécu une vie créative et riche, négociant adroitement des dynamiques religieuses, sociales, politiques et économiques complexes, très différentes de celles de leur culture d’origine. Non seulement ils étaient des membres loyaux des communautés juives exilées, mais ils étaient également à leur façon des missionnaires efficaces pour le Dieu d’Israël.

Leur témoignage durant leur exil comprenait à la fois une présence passive et une proclamation active.

Esther
1. Pas identifiée comme juive.
2. A gardé sa religion pour elle-même.
3. Dieu l’a protégée, elle et sa famille.
4. A témoigné dans des hautes sphères pour sauver sa vie et celle de son peuple.
5. A contribué à établir la liberté religieuse et le droit à se défendre, pour une minorité religieuse


Daniel
1. Identifié comme juif.
2. A fait connaitre ses convictions religieuses.
3. Dieu l’a protégé, lui et ses amis.
4. A témoigne dans des hautes sphères pour sauver sa vie et celle d’autres personnes.
5. A indirectement influencé Cyrus pour qu’il permette aux exilés juifs de reconstruire le temple de Jérusalem.

Lisez tout Genèse 41.

De quelles manières Joseph a-t-il pu témoigner aux Egyptiens ? En quoi cette histoire fait-elle écho à celle de Daniel et ses compagnons à Babylone? Dans quelles situations pouvez-vous témoigner de votre foi ? Rendez-vous un témoignage passif ou actif ou bien les deux ? Que pouvez-vous dire ou flaire qui ferait une impression puissante sur autrui à propos de la bonté et de l’amour de notre Dieu ?

Vendredi : Pour aller plus loin...

« Des multitudes seront choisies pour exercer un ministère plus vaste. Des quatre coins de ce monde qui est le nôtre, se fait entendre l’appel des cœurs blessés par le péché qui demandent à connaitre le Dieu d’amour. C’est à nous, qui avons reçu cette connaissance, c’est à nos enfants, à qui nous pouvons la communiquer, qu’il appartient de leur répondre. À chaque famille, à chaque école, à tous les parents, maitres et enfants sur qui a brillé la lumière de l’Évangile se pose maintenant la question qui fut adressée à la reine Esther, à un moment critique de l’histoire du peuple d’Israël : Qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté? »

Discussion Questions:

  • Discutez des prophéties du livre de Daniel, en particulier Daniel 2,7 et 8. En quoi ces textes sont-ils un puissant témoignage, non seulement de la fiabilité prophétique de la Bible, mais de la prescience de Dieu? Par exemple, remarquez comment, entre Daniel 2,7 et 8, trois des quatre principaux royaumes sont appelés par leur nom pour nous. En quoi cela devrait-il nous aider à apprendre à faire confiance à la Parole de Dieu et à ses promesses envers nous?
  • Dans ces récits du livre de Daniel ainsi que d’autres histoires (comme celle de Joseph), il y a eu certains miracles qui, bien entendu, ont beaucoup contribué à la crédibilité de leur témoignage envers les païens qui vivaient autour d’eux. En même temps, quels aspects de leur caractère ont apporté davantage de crédibilité encore à leur témoignage ? Autrement dit, en quoi le caractère et la loyauté, encore plus que les signes et les miracles, sont-ils un témoignage plus puissant aux yeux des autres de la réalité de Dieu et de ce qu’il peut faire dans nos vies ?
  • Comme nous l’avons vu dans la leçon de mercredi, Matthieu 24.14 dit que l’évangile doit aller jusqu’aux extrémités de la terre, et c’est alors que la fin viendra. Cela signifie-t-il que Jésus ne reviendra pas avant que l’on ait accompli l’œuvre qu’il nous a appelés à faire ? Discutez.