Pôle chrétien

Leçon de l'Ecole du Sabbat


Samedi: SABBAT APRÈS-MIDI

Leçon 13

Comment attendre ?"

Étude de la semaine : Mt 24.35-25.46 ; 2 P 3 ; Jc 2.14-26 ; Jn 4.35-38 ; 1 Co 3.6-8

Versets à mémoriser: " Servez le Seigneur activement, sans paresse et de tout votre cœur. Soyez dans la joie à cause de votre espérance. Restez patients dans le malheur, continuez à prier fidèlement. Aidez les chrétiens qui en ont besoin, recevez bien ceux qui viennent chez vous. " (Romains 12.11-13. PDV).



Pendant les années qui ont précédé le tremblement de terre de San Francisco, en 1908, les églises adventistes du Septième jour de San Francisco et d'Oakland, en Californie, étaient bien occupées. Les membres visitaient les pauvres et les démunis. Ils trouvaient des foyers pour les orphelins et du travail pour les chômeurs. Ils s'occupaient des malades et enseignaient la Bible de maison en maison. Les membres distribuaient de la littérature chrétienne et donnaient des cours de vie santé.

Les églises dirigeaient également une école pour les enfants dans le sous-sol du temple de Laguna Street, ainsi qu'un foyer de travailleurs et un dispensaire. Elles avaient un magasin de produits sains, ainsi qu'un café végétarien. Les membres avaient commencé un travail missionnaire maritime dans le port local et, de temps en temps, leurs pasteurs organisaient des rencontres dans de grandes salles en ville.

Ellen G. White avait appelé ces églises les deux " ruches ", et leur travail l'enthousiasmait 54. Quels exemples forts de ce que nous devrions et pouvons faire aujourd'hui alors que nous attendons le retour de Jésus ! Notre Seigneur revient. Nous savons cela. La question centrale pour nous est celle-ci que faisons-nous en attendant ? Le destin de nombreuses âmes dépend de notre réponse.

Dimanche: En attendant Jésus

Les disciples viennent d'admirer une scène glorieuse alors que les rayons du soleil s'éloignaient du temple. Jésus, désireux de focaliser leur attention sur les réalités qui attendent l'église chrétienne dans le futur proche et à la fin des temps, leur administre une dose de réalité en disant : " Vous voyez tout cela ? Amen, je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soft renversée " (Mt 24.2). Surpris par son commentaire, les disciples demandent : " Dis-nous, quand cela arrivera-t-il ? Quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? " (Mt 24.3).

Dans Matthieu 24.4-31, Jésus leur parle alors de ce qu'ils verront dans le monde avant qu'il ne revienne. En révélant les signes, Jésus met en garde : " mais ce n'est pas encore la fin (Mt 24.6), et il ajoute : tout cela ne sera que le commencement des douleurs de l'accouchement " (Mt 24.8). La réponse directe à la question des disciples se trouve au verset 14. " Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin " (Mt 24.14, Colombe). Dans ce discours, les trente-cinq premiers versets dans Matthieu 24 nous incitent à prendre les signes au sérieux, mais Jésus nous dit également comment nous devons attendre " la fin du monde " (Mt 24.3). Autrement dit, nous ne devons pas rester là, assis à ne rien faire, en attendant qu'il arrive, comme on attendrait un bus à un arrêt de bus. Non, nous avons beaucoup de choses à faire en attendant le retour du Seigneur.

Lisez Matthieu 24.36-25.46. Chacune de ces paraboles pale de ce que le peuple de Dieu devra être en train de faire tandis qu'il attend la seconde venue de Jésus. Résumez la substance de ce que le Seigneur nous dit ici. Ensuite, posons-nous la question, individuellement puis collectivement, en tant qu'église : dans quelle mesure suivons-nous les instructions du Seigneur dans chacune de ces paraboles ?

Jésus commence ici à exhorter ses disciples sur la manière dont ses véritables disciples attendront son retour. Pendant cette période, les disciples de Jésus seront prêts en tout temps. Ils feront preuve d'amour, de prévenance, et de respect les uns envers les autres tout en attendant. Ils resteront en alerte, se prépareront, et seront responsables de leur condition spirituelle. Ils multiplieront les ressources que Dieu a mises entre leurs mains, investiront leurs talents et leur argent dans la cause de Dieu, respecteront le véritable caractère de leur Dieu d'amour, et s'occuperont de ces plus petits.

Lundi: Réveil et réforme en attendant

Lisez 2 Pierre 3. Résumez les enseignements de ce chapitre concernant le réveil et la réforme. En quoi ces versets correspondent-ils au thème que nous avons étudié tout ce trimestre ?



Dieu souhaite que " tous arrivent à la repentance " (2 P 3.9, Colombe). Nous ne pouvons certes pas faire l'œuvre du Saint-Esprit en amenant les gens à la repentance, mais nous sommes appelés à leur apporter le message du salut, qui, s'ils l'acceptent, amène à la repentance. En tant que membres d'église, nous avons également besoin d'avoir une attitude de repentance. La repentance fait partie du processus de réveil et de réforme. Le réveil signifie revenir à la vie, être renouvelé, restauré. La réforme signifie être reformé, refaçonné en une nouvelle création (2 Co 5.17). " Le plus grand et le plus urgent de nos besoins, c'est celui d'un réveil de la véritable piété parmi nous. Notre premier souci devrait être de le rechercher. " 55

Ces passages sur le " comment nous devons attendre. " dans l'étude d'hier illustrent les conditions et les conséquences du réveil et de la réforme. Par exemple, les dix vierges avaient besoin d'être réveillées, sorties de leur sommeil (Mt 25.1-13). Les vierges folles avaient besoin d'avoir une plus grande portion du Saint-Esprit dans leur vie. Quand nous nous humilions, que nous mourrons à nous-mêmes, que nous prions en nous décentrant de nous-mêmes, que nous étudions la Parole de Dieu, et que nous la partageons avec autrui en paroles et en actes bienveillants, nous augmentons notre capacité à recevoir l'effusion du Saint-Esprit à la pluie de l'arrière-saison. Pourtant, il est tout à fait possible d'étudier la Bible durant des heures tout en restant quelqu'un d'égoïste. On peut prier pour le réveil et la pluie de l'arrière-saison, tout en ne la désirant que pour soi-même. Un réveil authentique entraine toujours une préoccupation sincère des autres. Quand nous serons remplis du Saint-Esprit, nous serons reformés en des disciples passionnés, centrés sur la mission et le service.

Nous avons besoin du réveil et de la réforme dans nos prières, dans l'étude de la Bible, et dans nos priorités quand nous demandons la présence du Saint-Esprit et son abondance dans la pluie de l'arrière-saison. Mais en tant qu'église, nous avons également besoin de réveil et de réforme dans notre attitude et dans nos actions envers " l'un de ces plus petits ". C'était le thème de nos réflexions tout au long des leçons de ce trimestre.

55 Ellen G. White, Messages choisis, vol. 1, p. 141.

Mardi: La mission de l’église en L’attendant

Lisez Jc 2.14-26. De quelles manières ces versets résument-ils qui nous sommes et pourquoi nous sommes ici?

Dans l’étude de dimanche, les disciples ont commencé à pointer vers la beauté des bâtiments du temple. Jésus attire leur attention sur la condition de l’église et sa mission à la fin du monde. Le fait est que l’église existe parce qu’il y a une mission, et non vice versa. La mission de l’Église Adventiste du Septième Jour comme exprimée dans Le manuel de travail de la Conférence Générale (A 05) est de « Faire de tous les peuples les disciples, en communiquant l’évangile éternel [évangile du royaume ( Mt 24.14)] dans le contexte des messages des trois anges d’Apocalypse 14: 6-12 ( Ap 14.6-12), conduisant à accepter Jésus comme Sauveur personnel et unis à Son église du reste, les formant à servir le Seigneur, et les préparant pour Son prochain retour. » La prédication, l’enseignement et la guérison sont des méthodes proposées pour atteindre cette mission. Sous « La guérison », le manuel de travail dit: « En affirmant les principes bibliques du bienêtre de toute la personne, nous faisons de la préservation de la santé et de la guérison des malades une priorité et grâce à notre ministère pour les pauvres et les opprimés, nous coopérons avec le Créateur dans Son œuvre compatissante de restauration ».

Ce trimestre a commencé avec le concept que Jésus veut restaurer Son image dans l’humanité et nous responsabilise en tant que Ses disciples à être des instruments de la restauration holistique dans nos communautés. « Il y a dix-neuf siècles, le monde désirait ardemment la révélation de Christ. Il en est encore ainsi aujourd’hui. Il nous faut une réforme totale. Seule la grâce du Sauveur peut accomplir cette œuvre de restauration qui s’impose au triple point de vue physique, mental et spirituel. » – Ellen G. White, Le ministère de la guérison, p. 119

Après avoir participé à un séminaire qui a présenté le ministère de Jésus comme un modèle et une mission pour Son église des derniers temps, un membre de l’église a fait cette déclaration: « Dans notre partie du monde, nous ne sommes pas très ouverts aux nouvelles idées et aux nouvelles façons de faire les choses. Ce que nous avons entendu cette semaine sur la méthode du ministère de Jésus n’est en fait pas nouveau. C’est une idée ancienne. Nous l’avions juste oubliée. »

« La foi sans les œuvres est morte. » Comment avez-vous découvert la réalité sur la façon dont la foi et les œuvres sont étroitement liées? De quelle manière les œuvres augmentent-elles votre foi?

Mercredi: Se préparer pour la moisson finale en étant dans l’attente

Jésus a utilisé le langage agricole dans Son enseignement sur le royaume, comme l’a souligné la leçon 5. Comme nous l’avons vu, l’agriculture n’est pas seulement un événement; elle est aussi un processus de patience! C’est un cycle régulièrement répété avec différentes étapes et différents emplois pour différentes personnes à différents moments. Nous devons être ouverts à la direction de l’Esprit Saint et à la providence de Dieu en ce qui concerne la façon dont nous pouvons être utilisés par le Seigneur dans le processus de préparation du sol, de la semence des graines, et de la moisson.

Lisez Jn 4.35-38. Quel genre d’images y est utilisé, et quel est le message pour nous en ce qui concerne la façon dont nous devons travailler pour les autres?

Le fait est que nous ne connaissons pas le cœur des gens. Nous ne savons pas comment l’Esprit Saint a travaillé dans leur vie. Nous pourrions regarder diverses personnes et penser qu’elles ont un long chemin à parcourir avant d’être prêtes pour la moisson alors qu’en réalité, tout ce dont elles ont besoin, c’est quelqu’un pour les inciter à prendre un engagement pour Jésus. Il y a une bataille pour le cœur et l’esprit de chaque être humain, et Dieu nous appelle à aider les gens à Le choisir.

Lisez 1 Co 3.6-8. Quel est le message pour nous ici dans le contexte de l’évangélisation?

À sa manière, Paul dit ici ce que Jésus dit dans l’exemple précédent. L’œuvre de l’évangélisation est comme le travail d’un agriculteur. Nous pourrions ne pas tous faire les mêmes tâches, mais chaque tâche est toujours un élément essentiel du processus de tendre la main et de gagner les âmes. Bien que nous puissions être utilisés par Dieu dans diverses capacités, à la fin, c’est Dieu seul qui peut apporter la conversion d’une âme.

Lisez 1 Co 3.6-8. Quel est le message pour nous ici dans le contexte de l’évangélisation?

Jeudi: L’attente est terminée

Il y a plusieurs années, l’auteur anglais Charles Dickens a écrit un livre intitulé A Tale of Two Cities [Histoire de deux villes]. Ces deux villes étaient Londres et Paris. Dans un sens, on pourrait dire que la Bible est aussi un conte de deux villes. Dans ce cas, les deux villes sont Babylone et Jérusalem.

Dans Ap 14.8 et Ap 18 , l’apôtre Jean décrit Babylone. Elle a été la maison des démons et le repaire des esprits mauvais. Elle a poussé chaque nation à commettre l’adultère spirituel. Son malheur a été prononcé, et elle a été déclarée « Tombée. » Cette ville, un symbole du mal, d’apostasie et de rébellion contre Dieu, sera un jour vaincue et détruite.

Lisez Ap 21.1-4. Comment la Nouvelle Jérusalem est-elle opposée à Babylone?

La deuxième ville est la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, décrite dans Ap 21 et Ap 22. Cette ville abrite ceux qui ont choisi l’Époux et rejeté l’égoïsme et l’adultère spirituel de Satan et ses suppôts. Par la grâce de Dieu, les rachetés ont obéi à Ses commandements et reflété la foi de Jésus ( Ap 14.12). Leur patience et leur empressement à embrasser le ministère de Jésus a fourni un avant-goût du royaume des cieux sur la terre. Ils ont été sauvés par la foi en Jésus; Sa justice seule les a rendus dignes du paradis. Leurs soins apportés à « l’un de ces plus petits » ( Mt 25.40) étaient la manifestation extérieure de la foi salvatrice.

Par le sang de l’Agneau ( Ap 5), le rôle de l’église dans la restauration compatissante a été transformé en célébration jubilatoire (voir Ap 5.13, 14). Dans cette ville sainte et heureuse, « Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » ( Ap 21.4 LSG). La vraie paix a été restaurée. La restauration complète de l’image de Dieu, mentalement, spirituellement et physiquement, a eu lieu.

Le grand conflit est terminé et « de l’atome le plus imperceptible aux mondes les plus vastes, tant des êtres animés que des objets inanimés, s’élève, par la voie de leur beauté incomparable et de leur joie sans mélange, un cantique d’allégresse proclamant que Dieu est amour. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 601.

Lisez Ap 22.21. De quelle manière ce verset, le dernier dans la Bible, résume-t-il l’essence de tout ce que nous croyons?

Vendredi : Pour aller plus loin...

Lisez Mt 5.16; Col 3.17; He 13.15, 16; Lisez Ellen White, « Sur le Mont des Oliviers », pp. 627-638, et relisez « L’un de ces plus petits », pp. 639-644, dans Jésus-Christ.

Jésus nous a dit quels seront les signes de la fin avant Son retour, et ils ne sont pas à apprécier. Les guerres, les bruits de guerres, la peste, etc. Si les gens utilisent souvent l’excuse du mal pour rejeter Dieu, ils ont certainement beaucoup d’excuses maintenant, et ils auront plus d’excuses alors que nous nous approchons plus de la fin. Ainsi, il devient encore plus crucial pour les enfants de Dieu, ceux qui affirment être Ses disciples, de refléter Son caractère au monde et d’aider les gens à avoir une meilleure représentation de Dieu. « Si nous nous humiliions devant Dieu, en étant aimables et courtois, tendres et sympathisants, il y aurait une centaine de conversions à la vérité là où il y a maintenant une seule. » – Ellen G. White, Testimonies for the Church, vol. 9, p. 189. Quelle déclaration simple et puissante en ce qui concerne l’évangélisation et le ministère auprès des autres. Alors que nous attendons la seconde venue de Jésus, Il s’attend à ce que les membres de Son église prêchent l’évangile dans son ensemble; à ce que nous nous investissions nous-mêmes et nos ressources dans Son œuvre; à manifester l’amour, le respect et les soins aux personnes; et ouvrir notre vie au Saint-Esprit dans Sa plénitude. Voilà un témoignage que tous les arguments de ce monde ne peuvent annuler.

Discussion Questions:

  • En classe, parlez de la différence entre ce à quoi cela ressemble de vivre dans « Babylone » au lieu de vivre dans « Jérusalem ». Quelles seraient les principales différences entre les deux villes? Autrement dit, où est la différence majeure – entre ce à quoi les lieux ressemblent, ou qui vit dans ces lieux?
  • La grande question pour les chrétiens n’est pas: « les œuvres ont-elles un rôle dans la foi chrétienne? » Bien sûr que oui. Au contraire, la question est: « Si les œuvres ne peuvent pas nous sauver, alors quel est leur rôle dans la foi chrétienne? » Comment répondons-nous à cette question, en particulier dans le contexte d’atteindre et de servir des personnes dans le besoin?
  • Comment attendons-nous que Jésus revienne? Autrement dit, que faisons-nous dans notre vie qui exprime la réalité de notre foi en Sa venue? Pourquoi devrions-nous vivre différemment de ceux qui ne croient pas en la seconde venue de Jésus?

37 Ellen G. White, Jesus-Christ, p. 358.